au livre bleu

6 mars, 2012

« Ne sois jamais sans vert au mois de mai Hélène »

Classé dans : Non classé — aulivrebleu @ 10:06

 

 Ne sois jamais sans vert au mois de mai Hélène

 

Recueil des plus beaux vers de Messieurs de : Malherbe, Racan, Maynard, Bois-Robert, Montfuron, Lingendes, Touvant, Motin, Lestoile, et autres divers auteurs. – Paris, Toussainct Du Bray, 1629. – 8°. Reliure parchemin.

Edité dès 1609, ce volume est un des pricipaux recueils de poésies du 17e siècle. Plusieurs fois édité, remanié, augmenté, il contient les vers de nombreux  poètes célèbres en leur temps comme Malherbe, Racan, Maynard… mais aussi de nombreuses pièces d’auteurs peu connus ou quasi inconnus aujourd’hui mais dont certaines méritent pourtant toujours notre attention, tel ce sonnet du Sieur Dumay (1585-1649) :

 

Du-May-0013

 

Sonnet

 

Amour n’est rien qu’un Ciel, où chaqu’un voit sa belle,

Amour n’est qu’un Enfer, où nos coeurs sont gesnez,

Amour n’est rien qu’un Dieu, qui nous rend fortunez,

Amour n’est qu’un Démon, qui nos ames bourrelle.

 

Amour n’est rien qu’un Jour, qui nos ans renouvelle,

Amour n’est qu’une Nuit, qui nous rend forcenez.

Amour n’est rien qu’un feu, duquel nous sommes nez,

Amour n’est rien qu’un froid, d’où notre sang se gele.

 

Amour n’est que la Vie & le repos de tous,

Amour n’est que la Mort, qui couve dedans nous :

Que dis-je ? non, l’Amour de tant de maux suivie

 

N’est qu’Enfer, que Démon, que Nuit, que froid, que Mort ;

Mais helas ! Je me trompe, Amour je te fais tort :

Tu n’es que Ciel, que Dieu, que Jour, que Feu, que Vie.

 

Paul Dumay, seigneur de Saint-Aubin, magistrat, né en 1585, est reçu au Parlement de Dijon le 4 mai 1611. Il meurt dans la même ville en 1649.  Descendant d’une famille originaire de la Beauce, il naquit à Toulouse où son père avait été médecin (de la faculté de Montpellier). Dans son oeuvre modeste (en français et en latin), on peut relever Les Lauriers de Louis le Juste [Louis XIII], roi de france et de Navarre (70 p., Paris, 1622), texte conservé à la Bibliothèque Nationale. Sa participation à ce Recueil des plus beaux vers… , qui consiste en deux sonnets, n’est pas relevée dans les anciennes bibliographies. Le second sonnet est le suivant :

 

Sonnet 

 

L’Homme n’est rien qu’un mort, qui traine sa carcasse,

L’homme n’est rien qu’un ver, qui de la terre nait,

L’homme n’est rien qu’un vent, qui soufle un petit trait,

L’homme n’est rien en soy, qu’un songe qui se passe.

 

L’homme n’est rien qu’un ombre, aussi tost il trépasse,

L’homme n’est rien, qu’un rien, que nommer on ne sçait,

Mais quoy Rien ? non, car l’homme est un estre parfait ;

Quoy, qu’Ombre ? non, car l’homme est un corps qui tient place.

 

L’homme n’est pas un songe, ains un esprit vivant.

Est-il vent ? non, mais Ame en compas se mouvant :

L’homme n’est pas un ver, mais du grand Dieu l’image.

 

Et moins est-il un mort, puisqu’il souspire bien : 

Qu’est-il doncques ? il est en son pelerinage, 

Un Mort, un Ver, un Vent, un songe, un Ombre un Rien.

 

Les images, tout comme  l’expression, sont représentatives de cette délicate et tourmentée période de transition, à la recherche d’un nouvel équilibre, appelée « baroque », entre la fin des guerres de religion et le début du règne personnel de Louis XIV…

 

***

Ne sois jamais sans vert au mois de mai Hélène est une adaptation personnelle du « Je vous prends sans vert », formule d’un jeu qui donna son titre à une comédie en un acte, en vers, de La Fontaine, représentée pour la première fois le premier mai 1693.

Il s’agit d’un ancien jeu de société qui remonterait au 13e siècle, où quiconque – au mois de mai - était pris sans un rameau de verdure (fraîche) sur lui (donc sans « Vert ») était passible d’un gage. « Etre pris sans vert » a ainsi pris le sens de  »être pris au dépourvu ».

Mais vivre sans vers, être pris sans vers, sans lire des vers… , nous condamne bien plus encore aujourd’hui  au dépourvu, beaucoup plus que nous ne pouvons le penser ou l’imaginer…

 

16 janvier, 2012

THOMAS DE THONON et son « Traité d’hygiène » (1286).

Classé dans : Non classé — aulivrebleu @ 15:31

 Connaissez-vous le premier auteur d’origine savoisienne ?

 

THOMAS DE THONON et son

Thomas de Thonon. – Trairé d’hygiène (1286), traduit pour la première fois en français moderne par A. Collet ;  suivi de la deuxième édition revue et complétée  du texte en ancien français. – Sabaudiae Dicatus, 2010. – 20 cm.

 Premier auteur d’origine savoisienne connu à ce jour, Thomas de Thonon est aussi le premier, médecin et versifieur, a avoir rédigé directement en français et en vers, son poème scientifique.

Le volume qui contient la présentation de l’auteur et de son oeuvre, le texte de la traduction en français moderne et le texte en ancien français peut être consulté dans toutes les grandes bibliothèques publiques (dont les bibliothèques universitaires). 

12 janvier, 2012

HOMMAGE A MARCEL DUCHAMP. Boîte-en-catalogue, 1912-2012.

Classé dans : Non classé — aulivrebleu @ 8:20

 

BOÎTE-EN-CATALOGUE, Le Mille et unième Item, 1912-2012

d’après M. Duchamp

 

 Le scandaleux Mille et unième Item

ou le premier centenaire de la non-exposition du Nu descendant l’escalier

 

 HOMMAGE A MARCEL DUCHAMP. Boîte-en-catalogue, 1912-2012. BEC2-0011-187x300

Catalogue de la 28e exposition de la Société des Artistes Indépendants, Paris, 1912, 17, 5 cm.

 

BEC3-001

 Ce catalogue met sous les yeux du public, pour la première fois, le titre d’une oeuvre révolutionnaire qui, refusée,  ne sera pas exposée :

 

BEC4-0013

 

Il s’agit du fameux mille et unième item conservé aujourd’hui au musée de Philadelphie : Nu descendant l’escalier (sic), maintenant appelé : Nu descendant un escalier n° 2

Comment un nu, et un tel nu, peut-il descendre l’escalier ?… Quel escalier ? Celui de l’atelier du peintre ?  L’escalier que chacun connaît dans son environnement particulier et que chacun peut rappeler à son esprit ?

Ce tableau présenté pour la première fois par le peintre fut refusé par le comité organisateur car le sujet comme le titre ne répondaient pas aux attentes – aux préjugés !… - des autres artistes cubistes qui se voulaient pourtant des novateurs face au salon officiel…

Marcel Duchamp préféra le retirer plutôt que de changer le titre et  les visiteurs ne pourront alors voir ce tableau que par les caractères de son titre imprimé : « Nu descendant l‘escalier » et non pas « Nu descendant un escalier » titre inscrit (peint) dans le tableau par son auteur (en bas à gauche). Déjà la coquille typographique (vraisemblablement) introduisait un peu de « jeu » dans le(s) caractère(s) de la représentation…

*

A travers cet événement, Marcel Duchamp inaugurait là, sans le savoir, une forme de  » performance artistique « , la première du genre,  la seconde et la plus connue étant les circonstances du refus de la fameuse Fontaine  de 1917 (urinoir signé disposé horizontalement), oeuvre proposée à la première exposition de la Société Américaine des Artistes Indépendants à New York où Duchamp résidait alors. La Fontaine originale a d’ailleurs disparu et il n’en reste plus aujourd’hui qu’ une photographie d’Alfred Stieglitz. La non-exposition fut alors l’objet d’une grande polémique relative à la nature de ce qui relève, ou non, de l’art. La polémique est toujours d’actualité.

Duchamp est le premier artiste à faire de la non-exposition d’une oeuvre une performance artistique  de sorte que, « rétroactivement », la première non-exposition du Nu de 1912 acquiert aujourd’hui le même « statut » ; les documents qui précèdent, accompagnent ou survivent à l’oeuvre – ici le catalogue avec le titre imprimé, là une photographie – font désormais partie, à leur façon,  de l’oeuvre. 

C’est à partir du premier refus à son encontre que l’artiste controversé va progressivement passer de l’autre côté du miroir de l’Art…

Deux exemplaires de ce « multiple » sont aujourd’hui conservés à Paris dans des institutions publiques, l’un à la Bibliothèque Sainte-Geneviève (où Marcel Duchamp  travailla en 1913-1914), l’autre à la Bibliothèque des Arts décoratifs.

*

Je suis surpris de voir que ni Marcel Duchamp, ni l’un de ses nombreux exégètes n’ont jamais relevé, sauf erreur ou omission de ma part, cette rencontre entre le n° 1001 et la première mention imprimée du Nu descendant l’escalier. Je pense que cette coïncidence – peut-il en être autrement ? – aurait amusé Duchamp, lui qui s’est beaucoup intéressé aux nombres, notamment pendant la période de la conception du ready-made Obligations pour la roulette de Monte-Carlo (1924).

Duchamp voulait « dessiner sur le hasard » et la loterie du hasard le lui rend bien… en lui attribuant le n° 1001 pour son tableau : le n° 1001, le nombre figuré pentagonal en relation avec le mythique « nombre d’or » que l’on retrouve dans toute forme pentagonale et dans l’étoile à cinq branches. Un nombre, un numéro en quelque sorte frappé du sceau de l’étoile. Par ailleurs, autre coïncidence, le tableau du Nu interdit d’exposition au printemps sera réintégré à l’automne au Salon dit « de la Section d’or », la bien nommée…

Comment ne pas rêver immédiatement à la comète de « l’enfant-phare » reportée sur la tête elle-même du respirateur où une tonsure volontaire de l’occiput reproduit une étoile ou plutôt une comète avec sa queue de lumière dirigée vers l’avant, figure pionnière du Body-Art fixée sur la pellicule par Man Ray (Tonsure, 1919) ?

Duchamp a-t-il pensé que le numéro d’ordre de son premier et scandaleux tableau lors de cette première non-exposition avait une relation poétique directe avec l’étoile ? Duchamp, l’homme » né coiffé » d’une étoile à l’occiput, la même étoile qui, au front, allait douloureusement blesser son ami Apollinaire. Les étoiles ne sont décidément pas toutes de la même lumière.

L’art a-t-il besoin d’une « excuse biologique » ? Quoi que l’on pense de l’art, il ouvre une large fenêtre sur l’imaginaire. Il est vrai qu’à trop se pencher à cette fenêtre,  l’homme peut basculer et aller jusqu’à faire disparaître la moindre de ses qualités, celle, selon Duchamp,  d’artiste présumé. Le Mille et unième Item : fin d’un cycle, commencement d’une ère nouvelle. Sans le vouloir et sans le savoir, Marcel Duchamp démarrait bien là sa « carrière » en fanfare…

*

1b3

BOÎTE-EN-CATALOGUE, Le Mille et unième Item, 1912-2012, d’après M. Duchamp.

Boîte au couvercle à rabat de 21, 2 cm de hauteur, 13, 8 cm de largeur et 4 cm de profondeur contenant un exemplaire du Catalogue accompagné d’une reproduction couleur du tableau Nu descendant un escalier n° 2.

**

 Le Mille et unième Item

Impression vision nouvelle

Marches de la MoDernité, même

A.C.

 

8 janvier, 2012

LA SIRENE DU MISSISSIPI

Classé dans : Non classé — aulivrebleu @ 14:44

 

 

LA SIRENE DU MISSISSIPI sirene2

La Belle et le Livre

Qui connaît l’auteur de cette photogaphie anonyme en noir et blanc (12, 6 cm x 17, 7 cm) ? 

Qui est l’auteur de cette sculpture ?

A quoi rêve ce buste de femme posé sur un fond de livres, buste lui-même accompagné d’un ouvrage intitulé La Sirène du Mississipi  de William Irish ? A l’immensité sauvage du fleuve exotique ?… Au courant du temps qui passe ?… Aux livres innombrables qui dépassent toutes nos capacités de lecture ?…

Le chant de la sirène fait place ici au silence énigmatique du sphinx… 

 

6 janvier, 2012

La première Histoire de la poésie française.

Classé dans : Non classé — aulivrebleu @ 7:45

 

 

La première Histoire de la poésie française. Mervesin2

A Paris, chez Pierre Giffart, 1706, 12°.

Première histoire de la poésie française.

Joseph Mervesin (+ 1721), prieur d’un monastère de l’ordre non  réformé de Cluny, est l’auteur de cette Histoire de la poésie française parue en 1706, la première du genre. Le nom de l’auteur « Mervesin » apparaît à la fin de l’épître dédicatoire adressée à la duchesse du Maine. Originaire d’Apt en Provence, il mourut dans la même ville en soignant les pestiférés pendant la grande épidémie de 1721.

    Anne Louise Bénédicte de Bourbon-Condé, duchesse du Maine (1676-1753), petite-fille du grand Condé, tenait une véritable cour dans son château de Sceaux où elle recevait de nombreux artistes et écrivains dont Voltaire,  d’Alembert,  Montesquieu,  le comte de Caylus… Il n’est donc pas étonnant que l’auteur, modeste religieux,  ait voulu dédier son livre à une grande dame protectrice des lettres et des arts.

12 décembre, 2011

Gaston Bachelard (1884 – 1962)

Classé dans : Non classé — aulivrebleu @ 11:56

Gaston Bachelard, philosophe des sciences et de la poésie, analyse dans cet ouvrage fondamental les conséquences de la théorie d’Einstein en philosophie.

 

bachelard.jpg 

Edition originale. Vrin, 1929, 19 cm.

 

    Cette étude est le troisième livre publié par le philosophe. « Cet opus bachelardien n’est comparable, quant à sa profondeur, sa pertinence et son actualité, qu’aux textes canoniques d’Hermann Weyl ou d’Arthur Eddington ». Charles Alunni (ENS-Laboratoire Pensée des Sciences).

    « En remontant de proche en proche, on doit se rendre compte que si l’on retranche la relation, il n’y a plus d’attribut, partant plus de substance. En poussant ainsi la Relativité jusqu’à ce que nous croyons être ses conséquences métaphysiques on a l’impression que les conditions mathématiques qui lui servent de point de départ se multiplient et se prolongent en une ontologie d’autant plus cohérente qu’elle est d’essence mathématique. En d’autres termes, les conditions mathématiques indiquent l’être parce qu’elles sont elles-mêmes une partie de l’être, ou mieux encore on peut dire que l’être n’est fait que de leur coordination et de leur richesse« . G. Bachelard, p. 211.

A mettre en relation avec les intuitions de Roberto Juarroz évoquées dans la page précédente qui cite précisément Bachelard et Einstein…

10 décembre, 2011

Des livres anciens et leurs images…

Classé dans : Non classé — aulivrebleu @ 22:06

Au livre bleu

Où trouver  »mille et un » livres et manuscrits, plaisants ou graves,

ceux dont les pages rendent les nuits plus belles que les jours…

Découvrez des livres à cette enseigne d’un libraire-éditeur qui exista réellement à Troyes au XVIIIe siècle, Troyes où furent publiés les premiers livres de colportage recouverts d’un simple papier bleu, méthode qui fut ensuite copiée partout en France. Tant pour informer que pour instruire et distraire, la bibliothèque bleue est synonyme de colportage, de vulgarisation et de grande diffusion. 

Etrennes2

C’est aujourd’hui le colporteur électronique qui diffuse textes et images…

 

CORRESPONDANCE :

amf.collet@orange.fr

VOIR AUSSI 

 les vidéos de aulivrebleu sur Dailymotion

http://www.dailymotion.com/fr

______

« Il faudrait laisser des livres partout. A un moment ou à un autre quelqu’un les ouvrira sans doute. Et faire de même avec la poésie : laisser des poèmes partout, puisque quelqu’un les reconnaîtra sûrement un jour ». R. Juarroz,  Fragments verticaux, n° 113, p. 85, José Corti, 2002.

  Roberto Juarroz (1925-1995) est un grand poète argentin dont l’oeuvre entière est rassemblée sous le seul titre de Poésie verticale, avec un n° d’ordre pour chaque recueil et un n° pour chaque poème.

C ’est un beau programme de poète. Des livres et des poèmes en attente d’un lecteur, dans une bibliothèque virtuelle, « populaire » ou « choisie », en libre accès sur la toile évidemment… Si nous ne pouvons prêter nos livres à tous les visiteurs attentifs ou pressés,  nous pouvons donner des références, donner à voir, donner à lire quelques extraits.  Après tout nous n’avons jamais accès qu’à des fragments…

juarroz3.jpg

Paris, Lettres Vives, 1984, 22 cm.

*

La parole accompagne l’homme

comme l’aboiement le chien

ou l’arôme la fleur.

 

Mais le silence, qui accompagne-t-il ?

Et qui, l’absence ?

 

Et qui, le vide ?

(NPV, 30).

**

Si le plus haut consiste

à n’être pas ce qu’on est,

en quel singulier espace

doit-on se séparer de soi-même ?

(NPV, 41, extrait). 

***

« La poésie est une voie irrégulière, hérétique, non orthodoxe de la connaissance, unie en elle à la vision et à l’imagination. Elle est une métaphysique instantanée, comme l’écrivit Bachelard. Et à la fois elle garde les yeux ouverts sur le mystère, ce qui, pour Einstein, est une condition essentielle. Elle enrichit et accroît ce mystère, comme s’il était un don ou un fondement. Et de plus, sans se soumettre à des préjugés, des normes préalables ou des préceptes : s’ajustant aux principes engendrés par elle-même et que Unamuno dénomma postceptes avec clairvoyance ». Fragments verticaux, Presque raison, n° 205, p. 125. José Corti, 2002. 

 

16 décembre, 2010

Bonjour tout le monde !

Classé dans : Non classé — aulivrebleu @ 15:07
123

zapara |
verdino |
lesacredesfins |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Confessions D'une Femm...
| Duo de mémoire
| DELIVRANCE